URGENCE 

En cas d'urgence, un rendez-vous de consultation peut être obtenu avec l'un des cinq médecins ophtalmologistes dans les 24 heures.​

Vous avez un œil rouge et douloureux, vous avez eu un traumatisme oculaire, vous avez une baisse d’acuité visuelle brutale ou la sensation de flashs lumineux : vous devez être examiné en urgence. 

Rougeur et douleur modérées sont normales après une intervention chirurgicale de l'œil. 

En cas d'œil très rouge, très douloureux, ou de baisse de la vision brutale après une intervention, appelez le secrétariat et consultez en urgence.

 

Urgence en dehors des horaires d'ouverture des centres :

- Contactez votre médecin directement : ses coordonnées sont inscrites sur l'ordonnance.

ou

- Un chirurgien ophtalmologique est d'astreinte 24h/24h au : 

Centre Hospitalier BAYONNE 

13 Avenue Interne Jacques Loëb  

64100 BAYONNE

        

Un service d'urgence chirurgicale ophtalmologique est assuré 24h/24h.

telephone.png
telephone.png

DÉROULEMENT

DE LA CONSULTATION

Votre visite se déroule en 3 temps :

Un temps administratif auprès du secrétariat à l'accueil :

Enregistrement de vos renseignements administratifs, accompagnement pour les démarches, règlement en fin de consultation.

 

Apportez : 

Carte vitale, lettre du médecin référent le cas échéant, les examens précédents, vos lunettes ou votre dernière ordonnance de lunettes, les références de vos lentilles de contact si vous en portez, attestation CMU/AME ou Accident du Travail, le cas échéant.

 

Pré-consultation :

L'orthoptiste qui assiste votre ophtalmologiste effectue les mesures oculaires et les examens complémentaires, évalue éventuellement votre acuité visuelle et instille les collyres en cas de fond d'œil.

 

Consultation médicale :

Le médecin analyse les éléments, examine votre œil et complète éventuellement les examens afin de décider de la conduite à tenir.

 

L'ensemble des examens sera réalisé sur place le jour de votre consultation dans la mesure du possible. Certains examens nécessitent un autre rendez-vous. Le secrétariat vous accompagnera dans cette démarche.

Pour un fond d'œil, pensez à venir accompagné !

En effet la conduite est difficile avec les deux pupilles dilatées. 

L'humain est imprévisible... Un retard est possible du fait d'urgences ou de la durée des rendez-vous précédents ! 

Les médecins d'Ophtalea exercent leur activité en secteur II à honoraires libres, dans le cadre de la Convention conclue entre les caisses d'Assurance Maladie et les Syndicats médicaux. 

Pour tous les actes effectués, les tarifs d’honoraires sont déterminés par le praticien. Ceux-ci sont affichés en salle d'attente.

 

Le remboursement s'effectue sur la base des tarifs remboursés par la sécurité sociale (BRSS).

 

Le ticket modérateur et le complément éventuel peuvent être pris en charge partiellement ou en totalité par votre Mutuelle ou votre Assurance Complémentaire. Renseignez-vous auprès de celle-ci. 

Ophtalea est Membre d’une Association Agréée, acceptant à ce titre le règlement des honoraires par chèques libellés à son nom. 

Règlement par carte bancaire accepté. 

Carte Vitale acceptée.

 
 

LUNETTES CASSÉES / PERDUES

Appelez le secrétariat Ophtalea au : 05 59 59 08 31

Si votre dernière consultation est récente, votre ophtalmologiste pourra décider de vous envoyer un duplicata d’ordonnance.

Sinon, il vous recevra en consultation dans les meilleurs délais pour vous permettre de la renouveler.

 

LENTILLES

Il peut y avoir un peu d’appréhension lorsque l’on porte des lentilles de contact pour la première fois. Découvrez en images comment mettre et enlever vos lentilles sans gène ni risque pour vos yeux.

 

Sûrement le conseil le plus important : lavez-vous bien les mains avant tout contact avec vos lentilles.

1

4

2

5

3

6

Image en angio graphie a la fluorescéine et indocyanine, OCT-angiographie et OCT b-scan d'une DMLA exsudative

Atrophie géographique en autofluorescence et en coupe OCT, compliquée de neovascularisation en temporal

 
 

GLAUCOME

Le glaucome est une maladie courante dont la fréquence augmente avec l’âge. Il progresse pendant des années, sans douleur et sans symptômes apparents pour les patients.

 

Le glaucome touche le nerf optique, chargé de transmettre au cerveau les images captées par l’œil. L'atteinte du nerf optique entraîne un rétrécissement du champ de vision qui est progressivement réduit.

À un stade avancé, la conduite automobile est dangereuse par défaut de champ visuel large. Les zones troubles ou aveugles, peuvent s’étendre et le cerveau ne peut plus compenser correctement.

Rétinophotographie d'un nerf optique atteint de glaucome

En l’absence de diagnostic ni de traitement, il y a un risque de perte visuelle : il faut donc dépister la maladie à un stade très précoce.

Le glaucome chronique, également appelé « à angle ouvert », est le plus fréquent. Ses facteurs de risque sont : des antécédents familiaux, une cornée fine, la myopie, une hypertonie oculaire.

Le glaucome aigu, également dit « à angle fermé», est plus rare. Il apparaît brutalement et s’accompagne de douleurs intenses et d’une baisse de la vue. Il s’agit d’une urgence nécessitant une intervention médicale immédiate.

Le glaucome congénital apparaît dès la naissance, ou quelques semaines plus tard. Ce type de glaucome est très rare (1 cas sur 5 000 naissances).

  

Il existe différents traitements du glaucome. 

Si votre glaucome est stable, le traitement est poursuivi de façon identique jusqu’au prochain contrôle chez l’ophtalmologiste. En cas d’évolution, le traitement est modifié. Habituellement, la prescription d’un collyre à heure(s) fixe(s) peut suffire à contrôler la maladie.

Le traitement par laser peut venir compléter le traitement médical.

Les résultats peuvent ne pas être définitifs après quelques années et il est parfois nécessaire de le répéter, car le laser permet une baisse progressive de la pression à l’intérieur de l’œil. Il est même possible de reprendre le traitement par collyre quelques mois ou années plus tard.

La chirurgie est envisagée en cas de contrôle insuffisant du glaucome par les techniques précédentes. Elle peut être parfois proposée d’emblée si le traitement médical est mal suivi.

La chirurgie (intervention sous anesthésie locale à l’hôpital, en clinique ou dans un centre spécialisé) consiste à faire une petite incision sur l’œil pour faire baisser la pression. Avant l’intervention, votre ophtalmologiste vous remettra une fiche d’information qu’il vous demandera de signer après avoir répondu à toutes vos interrogations.

Le traitement prescrit par votre médecin pour lutter contre cette hypertension va permettre de freiner la détérioration de votre nerf optique et donc limiter les atteintes visuelles.

La pression intraoculaire (ou PIO) correspond à la force exercée par un liquide incolore, appelé humeur aqueuse, contenu dans la partie avant de l’œil. En situation normale, cette pression permet de maintenir la forme de l’œil.

L’augmentation de la PIO (également appelée hypertension intraoculaire ou hypertonie oculaire) est très souvent associée au glaucome. Elle est le plus souvent indolore, sauf lorsqu’elle s’élève brutalement comme c’est le cas dans le glaucome aigu.

  

Hypertonie oculaire et glaucome ne sont pas nécessairement liées: l'une peut être présente sans causer de glaucome - par variation de la sensibilité à l'hypertonie, et il existe des glaucomes à pression normale!

 

Altération de l'épaisseur des fibres nerveuses d'un nerf optique glaucomateux

 

ŒIL SEC

La sensation d’œil sec est très fréquente, le plus souvent passagère et parfois subjective. Rarement grave, cette gêne doit toutefois être signalée. Presque un tiers de la population adulte est touché par le syndrome sec.

 

Le syndrome sec est très fréquent : presque un tiers de la population adulte, chez deux tiers après 65 ans.

C’est souvent une simple gêne sans conséquence.

" Break-up time " : Étude du film lacrymal en fluorescéine

La sécheresse oculaire peut être provoquée par une mauvaise qualité des larmes, due à une blépharite. Elle peut être liée à votre environnement : air climatisé, vent, pollution, fixation d'un écran d’ordinateur, fumée de cigarette.

Elle peut aussi être causée par un défaut de production de larmes dû au vieillissement ou à une anomalie dans leur composition provoquée par la prise de médicaments, tout particulièrement ceux destinés au système nerveux (antidépresseurs, antalgiques, anticonvulsivants). Beaucoup plus rarement, certaines maladies générales retentissent sur la sécrétion des larmes.

 

La sensation d’œil sec peut être purement subjective avec une sécrétion de larmes normale. Un syndrome sec sévère peut entraîner des irritations de la cornée qui est plus exposée. Le traitement est difficile. Il repose sur le traitement de la cause - si possible (amélioration de la statique palpébrale, traitement d'une blépharite, arrêt de certains médicaments...) et sur le traitement local : larmes artificielles ou pommades.

 

Certains syndromes secs peuvent bénéficier d’un traitement anti-inflammatoire. Dans certaines circonstances, on peut obturer les canaux lacrymaux pour limiter l’évacuation des larmes et aider à ce qu’elles restent plus longtemps dans les yeux.

OPHTALEA  PAYS BASQUE / LANDES / BÉARN

Centre Estrella Bayonne

28 Allée Docteur Robert Lafon

64100 Bayonne

Centre d'ophtalmologie d'Orthez

20, rue Aristide Briand

64300 Orthez

tél : 05 59 69 08 46

mail : contact@ophtalea.com

Centre médical d'Hasparren

13 rue de l'Ursuia

64240 Hasparren

tél : 05 59 29 11 50

mail : contact@ophtalea.com

Cabinet d’ophtalmologie de Cambo

5 rue du Cardinal Lavigerie

64250 Cambo-les-Bains

Centre Hospitalier Dax-Côte d'Argent

Service d'ophtalmologie

Boulevard Yves du Manoir

40100 Dax

tél : 05 58 91 48 01

© 2019 - OPHTALEA  - Tous droits réservés.